Clikou

L'après pétrole

15 janvier 2015

Il ne s'agit pas là de ce demandé si il y a encore du pétrole ou non. Ni même de savoir si les réserves sont suffisantes pour encore 20 ans, 40 ans ou bien 70 ans.

Pour que l'avenir ne soit pas un retour vers le passé

Aujourd'hui, personne ne doit réellement savoir qu'elles sont les réserves encore disponibles. Entre les mensonges des membres de l'OPEP qui publies des chiffres que tout le monde saient faux depuis au moins vingt ans, les petits arrangements entre "amis" avec les compagnies pétrolières, les états consomateurs qui préfèrent un pétrole bon marché et qui ferme les yeux sur tous ces petits trafics internationaux, quant ils ne participent pas aux trafics eux mêmes comme avec l'Irak lors de l'embargot! Bien malin celui qui aujourd'hui, connaît la situation exacte des réserves mondiales. Non mon propos ici, est de lancer les bases d'un futur programme de remplacement du pétrole dans le domaine des transports. Pour ce qui conserne l'energie électrique la France n'est pas vraiment conserné puisque une grande partie est fournie par le nucléaire et que les énergies alternatives en plein développement permettront facilement de remplacer les quelques centrales thermiques encore en service dans notre pays.

Pour les transports le problème est autrement plus grave. Particulièrement pour le transport aérien. Tous les spécialistes du monde s'arrachent les cheveux pour trouver une solution à cours terme et rien ne semble être possible. Reste le moyen terme: et là seule la propultion au plasma semble avoir une chance d'offrir une perspective d'avenir. Il s'agit d'une technologie, qui nous est pour l'instant, hors de portée. Il faudra par conséquent investir énormément d'argent pendant cinquante ans au moins. Un tel programme ne peut être qu'Européen au minimum voir mondial dans l'idéal. En attendant, il faudra bien faire avec les réserves de pétrole existants. C'est pourquoi le transport maritime et routier doivent au plus vite passé à d'autre mode de propulsion, afin de garantir un maximum de pétrole pour le transport aérien.

Pour les gros navires, le nucléaire semble être la solution la plus évidente au moins à cours terme. Si il y a encore quelques années cela n'était pas économiquement viable, avec l'augmentation des prix du pétrole le nucléaire redevient une possibilité.

Pour les plus petits navires comme pour les camions, les voitures ou les véhicules agricoles et militaires les énergies de remplacement plus ou moins sérieuses sont légions: si nous procédons par élimination (ce qui reste la meilleure solution pour ne pas se tromper ) , nous avons tout d'abord les bio-carburants; il ne s'agit pas là d'un remplacement mais d'un ajout. De plus il ne sera jamais possible de répasser 10% de bio-carburant dans le pétrole. Sans parler des surfaces agricoles énormes que cela demanderai. Viens ensuite le solaire: si cela peut être envisageable en afrique ou en australie cela risque d'être plus problèmatique pour les pays Européens! Les moteurs hybrides quant à eux ne sont qu'un complément, pas un moyen de subtitution. Reste la solution de la pile à combustible, si aujourd'hui la technologie est au point, elle reste encore trop chère et de nombreuses améliorations techniques peuvent encore y être apporté. C'est pourquoi notre mouvement souhaite le lancement d'un grand programme de recherche entre partenaires public et privé. Entre l'état et renault, peugeot, EADS, totale,EDF , voir par la suite de grands groupes Européens comme mercedes, audi, BMW ou bien d'autre encore.

La situation énergétique mondiale est grave mais comme nous venons de le voir, des solutions existent. Mais là comme ailleurs ce qui manque c'est un peut d'imagination et beaucoup de volonté politique!

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Quelle est la première lettre du mot jiltr ? :