Clikou

Coqueluche, le retour

11 décembre 2013

La Coqueluche revient en Ile de France, la DASS de Paris a signalé plusieurs cas depuis le début de l'année, 4 adultes sur 10, ne sont pas immunisés contre la coqueluche, elle touche aujourd'hui non pas tant les enfants souvent vaccinés mais plus volontiers les adolescents et les adultes. Deux populations susceptibles de contaminer des nourrissons. Or chez ces derniers, la maladie est particulièrement sévère. A tel point que chaque année, la coqueluche en tue encore de 5 à 10.

« Les nourrissons ne sont pas protégés par les anticorps de leur mère. Ils ne le seront qu'une fois les 3 doses de primo-vaccination réalisées », précise Lalau Kéraly, pédiatre à l'hôpital Saint-Vincent de Paul, de Paris. La première dose étant injecté au 3ème mois, l'enfant ne sera totalement immunisé qu'à 18 mois. « Ils peuvent donc être infectés par des adultes et la maladie est souvent très sévère à cet âge ». En effet le taux de décès chez un nourrisson atteint de coqueluche peut atteindre 80%. Aujourd'hui, c'est même la première cause de mortalité infectieuse bactérienne chez les moins de deux ans. Depuis 1996, près de 1 700 cas de coqueluche ont été enregistrés en France chez les moins de 6 mois. Et 96% ont dû être hospitalisés. Or dans plus de la moitié des cas (58%), l'enfant était contaminé par l'un des parents. Ces hospitalisations et ces décès pourtant, seraient facilement évitables.

Il existe en effet des vaccins de rappel destinés aux adultes. Le problème, c'est que seulement 4% de la population cible est effectivement vaccinée, 40% des adultes n'étant pas à jour de leurs rappels.le Haut Conseil de la Santé Publique vient de publier de nouvelles recommandations. « Le rappel coquelucheux est maintenant recommandé à l'ensemble des adultes et en rattrapage si besoin pour les 16-18 ans ». reportage elisabeth de pourquery, Nédim Loncarévic à découvrir mardi prochain dans le journal du 12/13 et du 19/20

Comment reconnaître les symptômes?

Cette pathologie très contagieuse se contracte par les voix respiratoire, on tousse, des quintes de toux très doulouseuses et un sifflement au moment de l'inspiration, très caractéristiques que les spécialistes appellent "le chant du coq", chez le bébé celà peut s'accompagner de vomissement et celà doit biensûr vous alerter si vous croyez reconnaitre ces symptôme chez votre enfant où celui que vous gardez.

Qui doit le faire, où et comment se faire vacciner?

Chez votre médecin généraliste, ou votre pédiatre , dans les PMI pour les nourissons où à l'hôpital dans les centres de vaccinations pour les adultes , à Paris et en ile de france.

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Quelle est la deuxième lettre du mot bbiyuk ? :